Cet homme descend sous terre, parmi les os humains. Ce qu’il aperçoit va vous abasourdir!

Au XIXème siècle à Paris, l’extraction minière bat son plein. Les catacombes de Paris sont creusées : il s’agit d’un très vaste réseau de...

Au XIXème siècle à Paris, l’extraction minière bat son plein. Les catacombes de Paris sont creusées : il s’agit d’un très vaste réseau de couloirs et de salles souterraines qui ont permis de prendre suffisamment de pierres pour construire une grande partie

de la capitale.

Il n’est pas rare d’y croiser des tas d’os humains, car les catacombes étaient utilisées comme ossuaire, avant que les squelettes de millions d’individus soient transférés vers les cimetières.

Puis au XXème siècle, l’industrie minière se tarit. Et quand le béton est commercialisé, les carrières sont subitement abandonnées.

Un fermier parisien, Monsieur Chambery, se balade dans les catacombes en déplorant tout cet espace inutilisé. Et soudain, il voit quelque chose qui va lui donner une idée !

Il aperçoit des champignons qui poussent sur du crottin de cheval !

L’idée le séduit immédiatement : il abandonne son potager et s’investit entièrement dans la culture de champignons « de Paris ».

Il cultive ses champignons comme il les a découverts, sur du crottin de cheval. Dans les catacombes, les conditions sont idéales pour ce type de culture : les souterrains sont très humides, sombres et la température est stable.

Monsieur Chambery est rapidement suivi par d’autres fermiers et d’anciens miniers sans emploi, attirés par sa méthode naturelle. Ils transforment une grande partie de l’espace des catacombes en champignonnières.

Le champignon de Paris, ce petit bouton blanc et riche en saveurs, devient un ingrédient phare de la cuisine française. Le succès est magistral ! Monsieur Chambery fait fortune, ainsi que de nombreux autres fermiers.

Dans les années 1940, une centaine de fermiers cultivent les entrailles de Paris, et produisent au total pas moins de 2 000 tonnes de champignons par an !

Seulement, un événement va entraver ces cultures florissantes. Au milieu du XXème siècle, un nouveau projet voit le jour, qui va transformer la capitale et la vie de ses habitants : le grand chantier de la construction du métro est lancé.

La majorité des champignonnières sont alors démantelées. Certains fermiers tentent de résister. Ils sont encore 6 fermiers, actuellement, à cultiver des champignons dans les catacombes de Paris.

Les restaurateurs haut de gamme s’arrachent leur production de « vrais » champignons de Paris. Par ailleurs, ce type de champignons que nous pouvons trouver dans le commerce sont souvent cultivés partout sauf à Paris : aux Pays-bas, dans la vallée de la Loire, parfois même en Chine.

Aujourd’hui, les catacombes sont accessibles par plusieurs entrées dans la capitale, notamment dans le XIVème arrondissement.

La ville de Paris organise de temps à autre des visites. Mais les catacombes abritent également des fêtes, durant lesquelles il est possible, parfois, de croiser une champignonnière… Si vous êtes à la recherche d’une activité originale lors de votre prochain séjour à Paris, pensez aux catacombes !

Source: Féroce

à voir aussi